Les sociétés de gestion

Société de gestion

Pour commencer, intéressons-nous aux sociétés de gestion de portefeuille qui représentent le coeur de la gestion d’actifs. Les banques, outre leurs activités classiques de réception (dépôts) et d’émission de fonds (prêts bancaires), proposent à leurs clients des produits de gestion par l’intermédiaire de leur propre filiale ou d’une société de gestion de portefeuille externe. Ce sont des entreprises d’investissement qui ont pour activité principale la gestion d’actifs pour compte de tiers par l’intermédiaire d’OPCVM.

L’ensemble de ces entités doivent être obligatoirement agréées par l’Autorité des Marchés Financiers pour pouvoir exercer. En effet, cette dernière exige que plusieurs critères soient remplis : ce sont les conditions d’agrément (avoir son siège social et sa direction effective en France en fait parti…). De plus, l’activité doit avoir lieu dans des locaux adaptés, des moyens humains et techniques doivent être mobilisés.

Société de gestion

 

Le front office

Les sociétés de gestion de portefeuille sont divisées en plusieurs départements. Premièrement, on retrouve le Front office où les gérants d’OPCVM effectuent des opérations d’investissements en respectant les contraintes réglementaires et la stratégie définie au préalable. Ils sont en relation directe avec les analystes financiers qui émettent des avis sur les titres financiers, avec les économistes qui interprètent les données macro et micro économiques et les courtiers qui vont passer les ordres directement sur les marchés financiers.

L’ensemble de ces acteurs vont apporter des éléments essentiels d’aide à la prise de décision du gérant. Ce dernier cherche à maximiser le rendement du fonds dont il est responsable et ce pour un niveau de risque donné. Ils ont l’avantage d’avoir accès à des moyens techniques élaborés et des modèles de gestion variés. Ils sont souvent spécialistes d’un marché ou d’une catégorie d’actifs, par exemple on trouve des gérants orientés marchés européens ou marchés actions.

 

Le middle office

Le but étant de faire fructifier l’épargne des clients, nous y reviendrons en voyant quels sont les grands principes de la construction de portefeuille. On retrouve ensuite ce que l’on appelle le Middle Office, qui est chargé de veiller à la bonne prise en charge des ordres d’investissements effectués par les gérants, c’est-à-dire que le règlement/livraison soit assuré. En complément de cette mission principale, les acteurs du Middle office apportent un soutien au Front office en éditant des reportings d’activité et en mettant à jour les différentes bases de données utiles à la société de gestion.

 

Le back office

Si l’opération est valide, elle sera transmise au Back Office pour que l’enregistrement comptable puisse avoir lieu. Des rapprochements avec le Middle office sont réguliers afin de contrôler le bon enregistrement des transactions dans la comptabilité. Le Back office effectue également le calcul des valeurs liquidatives des OPCVM de façon périodique (tous les jours ou tous les quinze jours de manière générale), ce rôle est attribué au valorisateur. Des contacts réguliers sont entretenus avec le dépositaire, chez qui les titres sont conservés, afin de réaliser des rapprochements des titres financiers et des liquidités. En dehors de ces larges catégorisations, nous pouvons citer des services spécifiques aux sociétés de gestion de portefeuille.

 

Autres départements d’une société de gestion

On trouve  premièrement le secrétariat général qui va être chargé de la gestion administrative et de l’évolution de la vie des OPCVM sous gestion. En effet, les missions de ce service vont être la rédaction et la mise à jour des documents réglementaires propres aux OPCVM, le suivi des dossiers d’agrément présentés à l’AMF, le suivi des différents contrats propres aux OPCVM (contrats de délégation de certaines fonctions, contrats avec les dépositaires et distributeurs…) et l’ensemble des contacts avec les tiers en relation avec la vie des OPCVM. Le secrétariat général a une orientation juridique forte et fait profiter l’ensemble de la société de gestion de cette expertise.

Le développement est également un autre grand axe de l’organisation d’une société de gestion de portefeuille. Il regroupe l’ensemble des activités qui vont participer directement au développement de la collecte des produits financiers. On retrouve les services marketing, communication, développement commercial, avec le plus souvent des distinctions entre les clients institutionnels et les clients particuliers. Certains de ces services pouvant être déléguées à des tiers selon la taille et les objectifs de la société de gestion.

Un autre acteur qu’il est important de mentionner est le responsable de la conformité et du contrôle interne. Habilité par l’AMF, cette personne peut-être soit le dirigeant, un collaborateur ou une équipe entièrement dédiée à cette mission en interne ou un délégataire externe. Ce choix dépendant en grande partie de la taille de la société de gestion de portefeuille, comme décrit dans Les OPCVM en France de Nelly Desbarrières et Marie Miguel. Cette fonction demande une indépendance forte puisque pour chaque nouveau service ou produit, le responsable de la conformité et du contrôle interne va devoir émettre son avis. Il va s’assurer du respect de la réglementation inhérente à l’activité de gestion d’actifs pour compte de tiers et la validité des procédures internes. Le schéma suivant (Étude de l’AFG, Les emplois dans la gestion pour compte de tiers, 2011, page 37) est une bonne synthèse de l’organisation interne d’une société de gestion :

 

Organisation société de gestion d'actifs